23.06.2017
e-Books
1 Comment

L'école des cadavres (Celine Pamphlet, #3) [PDF]

by Louis-Ferdinand Céline
L'école des cadavres, resucée de Bagatelles pour un massacre. Céline répète, rouspète, ressasse, radote, rabâche, remâche interminablement sa haine. « Il faut de la haine aux hommes pour vivre ». C’est compris.

Mêmes thèses que dans Bagatelles, un peu plus franches cette fois, il ne demande pardon à personne : « Distinction entre les bons Juifs et les mauvais Juifs ? Ça rime à rien », « Grand ou petit Juif ! aucune distinction !». Il se risque : « Mort pour les Juifs ! Aux chiots les Loges ! Debout les Aryens ! ». Toujours le juif grand instigateur et profiteur de la décadence aryenne (« De nous, si le mot “merde” subsiste ça sera bien joli »). La guerre en approche, la culture juive, le métissage, l'alcoolisme charrient la mort du peuple autochtone (« péril racial »). Les juifs colonisateurs. Pire que tout, l'auto-légitimation des juifs est une dernière arrogance intolérable à Céline. La solution, l'expulsion des juifs du territoire et la fermeture des Loges et Sociétés Secrètes.

Pas beaucoup de nouveautés, mais Céline précise. La démocratie est l'antichambre du complot juif ; c'est Londres ou plutôt son Intelligence Service qui pilote. Washington ? Un relais. L'Italie, la Grèce pas mieux. Tout justes bons à la « bougnoulisation du blanc par persuasion latine ». La seule amie c'est l'Allemagne, nos frères de races pour former « un bloc, d’un seul tenant franco-allemand comme avant 843 ». Charlemagne a tout fait foiré. On trouve aussi dans l'ouvrage de nombreuses références à la bibliographie antisémite ainsi qu'une chronologie sélective de l'antisémitisme à travers les âges.

La seule partie qui présente un intérêt à mon sens, est la virulente critique du matérialisme en genèse dans Mea Culpa. La dialectique matérialiste, le rationalisme, le « fanatisme objectiviste », l'utilitarisme, Céline les résume par le slogan « marteau-faucille et boyau ». Selon lui, la conscience de classe n'existe pas, c'est une illusion. Il propose : « le communisme est avant tout vocation poétique. Sans poésie, sans ferveur altruiste brûlante, purifiante, le communisme n’est qu’une farce, le dépotoir de toutes les rages ». Le communisme scientifique, matérialiste, raisonnant est « un remède pire que le mal ». De la poésie, sinon de rien.

On s'étonnera de voir presque s'évanouir les points de suspension si chers à l'auteur. Des points d’exclamations ! Finie la petite musique, à l'arrêt le train émotif ; Céline est sûr, il pamphlétise, il affirme, non, non, il est pas fou, tout raidi, bien sûr de lui, il veut qu'on comprenne bien, il a peur de pas être bien clair. « On se fait des petites illusions, on pense que l’on vous a compris. Et puis pas du tout. ». Faudrait être sacrément dur de la feuille après tout cet interminable babillage.
[PDF] L'école des cadavres (Celine Pamphlet, #3) download

Book info

Title
eBook formateBook, (torrent)En
Author
File size7.4 Mb
ISBN
Pages count179
Book rating3.8 (10 votes)
 rate rate rate rate rate

Other Formats

1 comment

1. Persia Emily | 23.06.2017 17:33

avatar avatar_frame

Thank you! Great book!

Post your comments


©2009-2016 Rel books. All rights reserved.